L’insertion professionnelle des jeunes diplômés, incertaine ?

Il y a eu la crise économique de 1929, celle de 2008, désormais 2020 est également signe de crise économique et sanitaire, mais surtout d’inquiétude des jeunes vis-à-vis du marché du travail.

En effet, les futurs jeunes diplômés, appelés également « la promotion coronavirus », n’ont jamais été aussi inquiet pour leur avenir professionnel. Alors que certains ont perdu leur opportunité de stage, d’alternance (en raison de l’impossibilité d’effectuer les missions en télétravail), d’autres se sont vus décaler leur prise de poste en CDI. Voici, un point sur la situation à l’instant T, sur les prévisions et les solutions de secours pour les étudiants.

Point sur le recrutement à l’instant T

Le constat global que nous pouvons en tirer : 2/3 des entreprises continuent de recruter, du moins partiellement – 1/3 ont totalement arrêté leur recrutement.

Les secteurs qui s’en sortent le mieux, sont sans surprise les secteurs d’activités qui ne sont pas affectés par la crise ainsi que ceux où l’activité peut se réaliser plus facilement en télétravail. En effet, le domaine de la logistique, la grande distribution ainsi que le digital sont toujours en pleine croissance.

Avant le confinement, ils étaient 1/3 des étudiants à avoir anticipé leur future embauche une fois diplômé. Réponses à des candidatures, premiers entretiens, attentes de réponses concluantes, ces étudiants ont été touchés de plein fouet par la crise et les entreprises qui les ont laissés en attente ou sans réponse.

Point sur les prévisions de recrutement

La plupart des entreprises décalent peu à peu les prises de postes de leurs futurs employés à septembre. Septembre semble une date clé, assez proche pour faire des prévisions mais suffisamment éloignée pour penser que le virus sera derrière nous. Septembre est une nouvelle saison, une nouvelle année scolaire, donc l’occasion pour de nombreuses entreprises de reprendre leurs activités comme en temps normal.

Attendre septembre reste l’option la plus sûre pour les entreprises ; mais la plus incertaine pour la promotion 2020. Ceux-ci vont être plus nombreux à prétendre à des postes en CDI au même moment, et il faut rajouter dans ce calcul la promotion 2019 revenant de voyage à l’étranger. Saturation possible ? Augmentation du chômage pour les jeunes ? La demande d’emploi va devenir bien plus conséquente que l’offre, les jeunes vont malheureusement être amenés à accepter des opportunités à contre-cœur et ne correspondant pas à tous leurs critères. Attendez-vous à recevoir une proposition salariale moindre et à devoir affronter un recrutement bien plus compétitif qu’il ne l’est déjà.

Solutions de secours pour les étudiants

Alors que les salariés, déjà en place, profitent du luxe d’être salarié (en CDI) en ce temps de crise ; les étudiants se tournent vers d’autres voies qui leur paraissent plus accessibles.

De nombreux étudiants, inquiet pour leur avenir, prennent les devant et réfléchissent à d’autres moyens d’acquérir des compétences et de gagner leur vie. L’entrepreneuriat avait déjà le vent en poupe depuis plusieurs années et aujourd’hui il continu de s’accentuer. Des étudiants profitent de ce confinement pour concrétiser certains de leurs projets personnels, d’autres privilégient le bénévolat, d’autres pensent aux emplois d’indépendant.

Les emplois d’indépendants, contrairement aux préjugés, ne seront pas impactés de la même façon par la crise. Et les entreprises les plus en difficultés seront nombreuses à les solliciter au détriment des CDI classiques, dont la dépendance et le lien fort unissant un CDI avec une entreprise a démontré ses aspects les plus négatifs ces derniers mois (chômage partiel, avance de frais, perte de trésorerie).

D’autres étudiants profitent de ce confinement pour se former à des nouveaux outils / métiers afin d’enrichir leur CV et de développer de nouvelles compétences. Open Class Room, Google, les tutos gratuits sur Youtube […] n’ont jamais été autant sollicités que ces deux derniers mois.


Salaire moindre à l’embauche, concurrence accrue, augmentation du chômage des jeunes, les prévisions ne sont pas porteuses de recrutements sains et volumineux. Les étudiants qui auront eu l’audace d’utiliser le confinement comme une opportunité (projet d’entrepreneuriat, formations) et non comme un frein, s’en sortiront probablement mieux que les autres. Ceux qui auront profité de cette situation pour élargir leur réseau professionnel, communiquer, comprendre et écouter les enjeux, auront réussi à faire un premier pas dans la vie active qui pourrait être récompensé à sa juste valeur. Non les prévisions ne sont pas des plus optimistes, mais elles vont en premier lieu dépendre de votre domaine d’activité, mais aussi de votre façon de gérer cette crise sans précédent.

Laisser un commentaire