« Je recherche une personnalité avant des compétences »

Autrement dit : l’embauche par les “softs skills”

Que signifie réellement “rechercher une personnalité ?” Il y a quelques années encore, la majorité des entreprises recherchaient des candidats avec :

👉 « Tel » niveau d’expérience

👉 « Tel » diplôme, connaissance

👉 Connaissant « Tel » logiciel

👉 Etant passé par « Telle » entreprise …

Aujourd’hui, et la tendance s’accentue, les entreprises regardent de moins en moins le diplôme et l’expérience et recherchent avant tout une « personnalité ». Autrement dit, certaines entreprises regardent les softs skills avant les hards skills.

Mais que signifie réellement rechercher une « personnalité » ?

Cette expression est devenue particulièrement tendance au sein des petites structures tels que les start-up. Les grosses entreprises restent assez classiques dans leur processus de recrutement. Elles reçoivent suffisamment de candidatures pour ne pas avoir besoin de rechercher des candidats au-delà de leurs compétences.

Qu’entend-on par rechercher une « personnalité » ?

✅ Une personnalité en adéquation soit avec le poste soit avec l’entreprise (ses valeurs, sa culture, son environnement …).

Par exemple : Un tempérament accès objectif et réalisation de soi-même est idéal pour un profil commercial. Un jeune dynamique, jovial, force de proposition l’est pour une start-up.

✅ Quelqu’un qui voudra s’inscrire dans un projet d’entreprise

Cela est particulièrement le cas pour les entreprises en plein développement et avec un objectif de croissance. Le candidat voudra et saura mettre à disposition son tempérament tout en adhérant au projet de l’entreprise.

Par exemple : Un candidat qui ne fera qu’un avec l’entreprise et qui sera en perpétuelle recherche de solutions pour elle.

✅ La motivation avant tout : Un candidat qui voudra apprendre, sera en veille concurrentielle constamment. Il souhaitera se former tout au long de son parcours professionnel.

Par exemple : Un candidat qui prouve une motivation, une envie hors norme et vraie envers un domaine d’activité précis qui correspond à celui de l’entreprise.

Pourquoi les entreprises recherchent-elles des « personnalités » ?

Nous entrons de plus en plus dans un modèle à l’Anglo-saxonne, où le tempérament et le feeling avec le candidat entrent de plus en plus en compte dans les critères de sélection. D’ailleurs il a été prouvé que recruter des candidats au feeling est un critère de fidélisation des salariés.Pourquoi un tel changement chez les entreprises françaises ?

👉 En premier lieu, les entreprises deviennent réalistes sur ce qui fonctionne le mieux à long terme : Les compétences s’acquièrent au fur et à mesure du temps et rapidement. Alors que la personnalité ne se change pas.

Embaucher un candidat dont la personnalité ne correspond ni au poste, ni à l’entreprise ne fonctionnera pas à long terme.

👉 De plus, les entreprises regardent de plus en plus les hobbies du candidat sur le CV. Parfois nous entendons dire : « Nous recrutons les candidats qui nous ressemblent ».

Vous êtes passionnés de rugby et votre candidat en entretien l’est également ? Forcément cette information va créer des liens.

👉 Ensuite, il faut admettre que le feeling avec le candidat entre en ligne de compte. Apprécier la personnalité d’un candidat, s’entendre très bien avec lui, rire … rend le refus plus compliqué. N’avons-nous jamais entendu dire un collègue : « Oh ce candidat c’est mon chouchou » ?

Les limites de la recherche de « personnalité »

« A trop vouloir entrer dans le moule, nous finissons par devenir le clone de notre voisin ».

Il est important d’être apprécié en entreprise, de s’entendre, d’être en accord avec les valeurs de l’entreprise ; mais quelle place pour les rebelles ?

❓ Quelle place pour ceux qui n’ont pas forcément les compétences relationnelles des autres candidats ?

❓ Quelle place pour ceux qui veulent intégrer une entreprise juste pour travailler ?

❓ Quelle place pour ceux qui ne croient pas aux valeurs des entreprises et évitent de trop s’intégrer ?

Ce ne sont pas de « mauvais candidats », ils ont les compétences, mais pas la personnalité. N’y a-t-il par un risque de mettre certains candidats très compétents sur la touche ?

Le choix de l’entreprise, de ses valeurs, de sa culture, du poste […] est finalement un point crucial pour un candidat. Aujourd’hui, avant de postuler, les candidats doivent se poser les bonnes questions. Ils peuvent réaliser un inventaire de leur personnalité et le comparer avec celle de l’entreprise (oui pour moi, une entreprise a également une personnalité). Ainsi cela sera un gain de temps des deux côtés.

L’évolution à long terme ?

Ceci n’est que mon point de vue, mais je pense que l’embauche par les “softs skills” va continuer à progresser ces prochaines années jusqu’à ce que les premières limites apparaissent. Les entreprises vont ensuite privilégier la diversité de personnalités au sein de leur structure : Embaucher des personnalités différentes qui seront complémentaires. Ce point va devenir le nouveau sujet tendance dans le recrutement ces prochaines années.

Laisser un commentaire