Recrutement en Septembre 2020

Le recrutement en septembre 2020

Le recrutement en septembre 2020 sera décisif. La crise économique et sanitaire actuelle plongé le domaine du recrutement dans un gouffre dans lequel il sort petit à petit. D’après Indeed, les offres d’emploi ont baissé de 40 % par rapport à l’année dernière (même période). Pourtant la possibilité d’un reconfinement généralisé ne semble pas d’actualité. L’économie doit se redresser à la rentrée 2020.

Les jeunes diplômés s’inquiètent quant à leur avenir. D’après l’Etudiant ils sont 8 sur 10 à douter et à redouter le mois de septembre. En prime, de nombreuses entreprises licencient suite à la mise à l’arrêt de leur activité. Cependant Pôle Emploi recense une nette baisse des demandeurs d’emploi en juin.

Que nous réserve alors le mois de septembre 2020 en termes de recrutement ? La rentrée sera t-elle propice à l’embauche de nouvelles recrues ? Quels sont les contrats qui souffrent le plus de la crise ?Nous avons essayé de dégager les principales tendances.

Recrutement jeune septembre rentrée 2020 job

Le entreprises qui poursuivent leur recrutement en septembre 2020

D’après Rebondir, de nombreuses entreprises relancent leur campagne de recrutement. C’est le cas de Leclerc, O2, La Poste ou Vulco. La crise du covid-19 ne change rien quant à leurs prévisions. La Responsable de la Marque Employeur du groupe La Poste a déclaré « 5 000 CDI ont été signés en 2019 et autant le seront en 2020. »

D’après Cadre Emploi, les cabinets d’audit et d’expertise comptable continuent de recruter (pour les statuts cadres), tel est le cas de KPMG, PWC ou de Fiducial. Cependant, même si ces entreprises recrutent, tous les métiers ne sont pas égaux face aux postes à pourvoir.

Les principaux postes qui recruteront en septembre 2020

Les métiers de l’administration et de la comptabilité sont particulièrement sollicités ces derniers temps. Ainsi les sites d’emploi proposent de nombreux postes de Chargé de Facturation, Chargé de Recouvrement et d’Assistants Administratifs. Début 2020, c’était 340 000 emplois1 dans l’Administratif qui étaient prévus. Ces chiffres sont revus à la baisse mais continuent d’assurer leur place dans le marché de l’emploi.

Les métiers liés à l’IT et au digital restent particulièrement tendances et vont continuer. Ces métiers peuvent se réaliser aisément en télétravail et, qui plus est, sont utiles lors des situations de crises. Ainsi les métiers de Community Manager, Developpeur Web, Rédacteur SEO, Brand Content Manager vont croître. Cependant, et à l’exception des postes de Développeurs, ces métiers souffrent depuis plusieurs années d’une profonde disparité entre offre d’emploi et demande. Ces domaines attirent de plus en plus de candidats chaque année et souffrent d’une rude concurrence entre demandeurs d’emploi. Donc oui, de nombreuses offres sont disponibles sur le marché, mais attention la concurrence y est très rude.

Les offres des métiers de Commerciaux (Business Developper, Gestionnaire de Patrimoine) ont repris leur croissance depuis juillet 2020. Désormais les entreprises veulent relancer leur business, croître leur chiffre d’affaires et acquérir de nouveaux clients. Les postes en tant qu’indépendants sont particulièrement prisés. Ils permettent aux entreprises de diminuer leur prise de risque ainsi qu’aux demandeurs d’emploi d’acquérir de l’expérience professionnelle dans un domaine précis.

Les problématiques de recrutement de la crise

Recrutement Jeunes Septembre rentrée 2020

L’obtention d’une alternance se complique cette année malgré les mesures gouvernementales d’aides à l’embauche des apprentis. Même si de nombreuses entreprises maintiennent leurs prévisions d’embauches d’alternants pour la rentrée 2020, elles font face à un grand nombre de candidats sur le marché. Et ce, plus que les autres années. Ainsi le secteur de l’aéronautique est l’un des secteurs ayant été le plus touché. Même ampleur du côté de certaines banques dont les conséquences de la crise mettent un frein à l’embauche d’alternants.

Le télétravail et l’alternance ne sont pas réellement compatibles étant donné que l’apprenti est en formation et n’est pas totalement opérationnel sur son poste. La méfiance envers les jeunes et la peur d’un manque de sérieux, freinent les entreprises à prendre le risque d’embaucher des jeunes si second confinement il y a lieu. De plus, les nouvelles mesures gouvernementales permettent à de nombreux étudiants de poursuivre leur formation pendant 6 mois (afin de limiter le nombre de jeunes diplômés sans emploi à la rentrée). De ce fait, l’alternance reste le moyen idéal et privilégié pour financer leurs mois supplémentaires d’études.

Du côté des jeunes diplômés, les problématiques restent intactes depuis quelques mois. Leur arrivée sur le marché du travail, en complément des diplômés 2019 ayant pris une année sabbatique, fait que le marché sera plus saturé que d’habitude. Nous ne parlons même pas des professionnels qui ont perdu leur emploi pendant la crise

Quant au secteur de l’intérim, il continue de rebondir peu à peu. Premier impacté par le covid-19, en cas de reprise ce secteur sera le premier sollicité.

Changer de travail : Le recrutement sera t-il à la hauteur en septembre 2020 ?

Les prévisions ne sont pas totalement pessimistes. Certes, certains statuts souffrent et peut-être souffriront encore quelques semaines ou mois. Le changement fait peur ces temps-ci. Mais les offres d’emploi vont progresser de semaines en semaines.

Pourquoi ? Car tous les acteurs du marché de l’emploi attendent justement la fin des vacances pour statuer sur leur stratégie. Celle-ci se pensera en fonction des décisions gouvernementales et de la maîtrise du virus. Le gouvernement comme les entreprises comprennent qu’il faut continuer de travailler même en tant de « guerre ». Ainsi, elles comprennent qu’elles doivent continuer d’embaucher, de fidéliser et de gérer leurs ressources humaines. Même si nous véhiculons, à tord, l’idée reçue selon laquelle changer d’emploi en période de crise présente des risque. Cette idée reste démesurée par rapport à la réalité. Démissionner sans autre opportunité présente des risque, mais changer de poste ne l’est pas plus qu’en tant normal.

Et si je change et que ma période d’essai se rompt ? Malheureusement le risque zéro n’existe pas. Nous ne voulons en aucunement incité les professionnels à mettre leur stabilité en péril. Cependant les situations de crise économique (et pour notre cas 2020, sanitaire également) profitent toujours aux acteurs qui ont su transformer les crises en opportunité.

Laisser un commentaire